BIOGRAPHIE
Architecte de formation, spécialisée en paysage (Université de Westminster, Londres) et en histoire et théorie de l’architecture (Université McGill, Montréal), je poursuis depuis 2004 une recherche sur les notions d’Autoconstruction et d’architectures d’autodidactes dans le cadre d’un doctorat en études et pratiques des arts à l’Université du Québec à Montréal, sous la direction de Nicolas Reeves. Mon travail a été présenté à la British School at Rome, à la galerie Axenéo7 à Gatineau, à la SAT, au Centre de Design de l’UQAM et au Centre des arts actuels SKOL à Montréal.

En 1998, je présente un traité d’architecture dont le titre est “The Earth, the Moon and the Hilton hotels”. Il s’agit à travers ce travail de générer une architecture conceptuelle et poétique construite sur le rêve d’habiter la lune après que les Hilton hotels aient annoncé une étude d’implantation sur le satellite terrestre. L’axe de mes recherches interroge par le travail de maquettes architectoniques une poésie de l’architecture et de sa mise en forme. En 2003, je propose un travail jouant des outils de représentation et de conception informatique partant d’une simple pierre comme élément central pour la compréhension d’un paysage et comme modèle pour une architecture. Ainsi depuis plusieurs années je m’intéresse aux architectures outsiders et hors normes. Cette recherche m’a permis d’étudier un grand nombre de ces oeuvres en France, au Québec et en Belgique parmi lesquelles le Palais Idéal du facteur Cheval à Hauterives, le Jardin-coquillage de Bodan Litnianski dans le Nord de la France, les constructions de Richard Greaves en Beauce, les maisons sculptées et peintes de S. Morissette et J.-G. Ruel en Estrie et de Léonce Durette en Gaspésie ou encore la tour d’Ében-Ézer de Robert Garcet en Belgique. En tout plus d’une vingtaine d’architectures d’autodidactes sont documentées (1) et m’ont conduite à poser un regard d’une manière plus générale sur la question des folies architecturales. Enfin, en 2011 à Rome, j’ouvre cette recherche autour des notions de folie et du rationnel en architecture, sur les questions des relations du pouvoir et de l’architecture, à travers l’exemple du quartier de l’Exposition Universelle de Rome (E.42).



Note 
(1) site web en construction.
2planneur.jpg
suivant.jpg